ça pousse dans la serre

Les plants et légumes se développent bien dans la serre du jardin.

Photos de gauche à droite : Les plants de tomates. Plants de poireaux ( 2ème semis), concombres, tomates, oeillets d’inde. Salades grenobloise et salade à couper en arrière plan, les radis prévus pour la récolte de graines. Salade à couper. Une serre au jardin,c’est vraiment le top pour le jardin. Voir aussi mon article spécial serre . Bon jardinage à bientôt.

Manger local ?

Ceci est la photo de la récolte du jardin

Aujourd’hui et plus encore depuis le coronavirus on nous incite à consommer local. Certains agriculteurs peu scrupuleux cherchent à profiter de la période pour redorer leurs blasons et faire oublier les dégâts causés à la nature par leurs méthodes de cultures. Mais il faut savoir que les produits eux n’ont pas changés s’ils sont issus de l’agriculture conventionnelle, ils sont toujours abreuvés de produits chimiques sur les semences, le temps de la croissance dans une terre déjà imbibée de produits de toutes sortes et parfois même traités encore pour le stockage avant sa transformation.

Les marchés locaux ? J’ai lu il y a peu de temps, un article de presse qui commentait le travail d’un agriculteur et de sa farine local. Les mots sont pesés, étudiés, les packagings pensés avec leurs petits styles anciens le tout agrémenté d’un joli moulin…

Mais voilà la réalité est tout autre ces produits sont les mêmes qu’avant le coronavirus c’est l’emballage et la communication qui ont changés pas le produit. Voire aussi les prix d’ailleurs…

Les produits bio ? Regardez les étiquettes ces produits bio viennent souvent de toute l’Europe voire du monde entier Quel pourcentage de ces produits ont été contrôlés du semis jusqu’à la récolte ?

Les seuls produits bio que j’ai trouvé de fabrication locale et qui m’ont semblé au goût bien meilleurs c’est dans les biocoop. Cette enseigne semble respecter une certaine éthique.

La seule façon d’être sûr de ce que l’on mange c’est de le produire soi-même. Je sais c’est facile à dire quand on n’a un peu de terre pour cultiver. Cela dit il ne faut pas non plus un terrain immense pour pouvoir cultiver quelques légumes et avoir le plaisir de se nourrir un peu avec sa production.Si hélas’on a pas de terre, il faut tenter de trouver dans son environnement proche quelqu’un qui produit de manière respectueuse et qui veut bien céder quelques légumes en échange d’autres choses que vous pourriez lui fournir : Une aide , un service …. Mais ne tombez dans ce piège de la com. et du packaging qui voudrait nous faire prendre des vaissies pour des lanternes.

Aujourd’hui, nous nous battons pour manger mieux et dans le respect de la nature. D’autres se battent pour continuer à utiliser des produits chimiques à tout va.

Le coronavirus aura au moins eu le mérite de nous prouver s’il en était nécessaire que notre mode de consommation ou de non consommation peu influer de manière significative sur notre environnement. Si vous n’achetez pas un produit, il disparaîtra de lui même.Si nous refusons de consommer des produits traités et non respectueux de l’environnement nous obligerons ceux qui les produisent à trouver d’autres méthodes de cultures, de fabrication et de conservation. Un produit qui ne se vend pas est voué à disparaître.

Soyons vigilants, acteurs de ce que nous mangeons et de notre environnement : Refusons chaque fois que cela est possible de consommer aujourd’hui ce qui nous détruira demain.

Récolte du jardin

Pas mal pour un vendredi 13 !

Une petite récolte du jardin « 0 » traitement, « 0 » produit chimique : Les salades, les radis et les betteraves viennent de la serre. Les navets, les poireaux et les carottes du jardin. Ce sont des jours comme ça que l’on savoure les plaisirs du jardin et ce sera aussi bien agréable quand ce sera dans l’assiette . 🙂

ceci est la photo de la récolte des légumes du jardin
Récolte du 13 mars 2020

Les premiers signes printaniers

Les premiers signes printaniers du jardin 🙂

Bon dimanche à tous

Les livres de jardin

Larousse fermier à l’usage des débutants de Larousse

Un livre de 431 pages qui traite de beaucoup de sujets pour vivre à la campagne en auto-suffisance. Ce guide livre des informations précieuses et détaillées ainsi que de nombreuses illustrations pour appréhender bien armé le long chemin qui mène à l’auto-suffisance.

Le jardinier-maraîcher de Jean-martin Fortier :

Un livre de 223 pages dédié aux techniques de jardinage et maraichage sur de petites surfaces. De la production à la vente des produits du jardin avec des informations détaillées. Des dessins et des photos illustrent des techniques innovantes, éprouvées et reproductibles.

Mon avis sur le Film Permaculture la voie de l autonomie

Permaculture la voie de l’autonomie. J’ai vu ce film complet. Si vous avez une diffusion près de chez vous, je vous recommande vivement d’aller le voir. : C’est une vrai source d’inspiration, une bouffée d’oxygène de voir que dans le monde de plus en plus de citoyens reprennent en mains leur alimentation, leur autonomie, leur vie. Ouf, tout n’est pas perdu. Sur ce site vous trouverez toutes les informations sur les dates et lieux de diffusion.

Note : 5 sur 5.

Une ruche au jardin

Quel plaisir notre ruche au jardin : Voir au quotidien nos abeilles ( et celles des autres ) naviguer sur nos fleurs, nos légumes, les voir vivre au quotidien dans leur petite maison et pouvoir partager ce produit miraculeux qu’est le miel. Prenons grand soin de nos abeilles…

la ruche
La ruche

La récolte du miel de la ruche

La récolte du miel
La récolte du miel
la récolte du miel
La préparation pour l’extraction
du miel en abondance
La récolte

Une serre au jardin

Ceci est une serre de jardin c2m
La serre

L’idée me trottait dans la tête…

L’idée me trottait dans la tête depuis longtemps et il y a plus 3 ans maintenant que j’ai acheté ma serre de jardin ici . Grand choix, prix compétitifs, excellent rapport qualité/prix, conseillers sympas et pros, livraison rapide. Pour info : Je n’ai pas d’action chez eux :). Une notice de montage claire rend cette serre facile à installer ( il faut être à deux ). Cette serre à traversé déjà plusieurs saisons ( achat en mai 2016) dont une tempête et rien n’a bougé. j’avais choisi ce modèle de 3 mètres par 6. Cette surface permet déjà de bien travailler après il y plus petit ou plus grand et toutes sortes de déclinaisons possibles.

Une serre pour quoi faire ?

  • Allonger mon temps de récolte. C’est validé.
  • Pouvoir cultiver sans être tributaire du temps. C’est validé.

Une porte ou deux portes ?

Sans hésiter, deux portes à chaque fois que cela est possible cela permet une ventilation optimale quand la T° grimpe l’été

Ou la mettre ?

Il faut choisir un endroit qui soit pratique pour aller chercher les légumes mais pas trop loin de la maison non plus car l’été il faut y aller souvent pour l’arrosage et oui, il ne pleut pas dans la serre 🙂

Quelle orientation ?

Ce n’est que mon avis mais je dirai qu’il faut regarder de quel coté arrive les vents dominants et l’installer de manière à ce qu’elle ai le moins de surface possible face aux grands vents ( une tempête aura moins de prise sur les cotés des portes que sur la longueur totale de la serre) et de plus l’été en ouvrant les deux portes, l’air qui passera d’une porte à l’autre rafraichira et ventilera facilement et rapidement la serre.

Sous les arbres ou pas ?

Ca se discute… Sous les arbres l’ombre rafraichira la serre l’été mais il y aura des racines dans la serre ce qui ne facilitera pas toujours le travail. La bâche se salira plus vite il faudra la nettoyer. Pour ma part j’ai choisi en regardant plusieurs jours de suite comment le soleil tapait l’endroit prévu de la serre à plusieurs moments de la journée. Je l’ai installer mi-ombre en privilégiant une protection des arbres au moment ou le soleil cogne fort les après midi d’été et je lave la bâche de temps en temps ( 2 fois depuis mon achat). Il faut aussi penser que l’hiver nous sommes bien contents de voir le soleil lécher les cotés de la serre et la réchauffer. Donc avant de choisir un emplacement définitif : Analysez, regardez ou est le soleil à plusieurs moments de la journée et trouvez vos compromis par rapport aussi à vos contraintes d’installation. La mienne est installée portes coté est/ouest ( vents dominants ouest). Soleil filtré l’après midi .Mais soleil le matin et en fin d’après midi. Cette installation fonctionne très bien même quand il fait très chaud. Le coté Nord est également protégé par un gros arbre touffus (laurier thym)qui ne perd pas ses feuilles l’hiver et qui protège bien des vents froids .

Le travail dans la serre

J’ai organisé de la manière suivante : Une petite allée centrale d’environ 45 centimères et de chaque coté, j’ai installé des espaces de cultures environ 80 centimètres de large. Sur la longueur je m’arrête à 20 centimètres de la bâche pour ne pas l’abimer en travaillant. Je laisse un petit espace entre chaque espace de culture ou je pose une petite planchette d’environ 20 centimètres de large pour m’agenouiller entre les carrés au moment des plantations ou des désherbages. Il y a de multiples façons d’aménager l’intérieur . Vous trouverez beaucoup de photos de clients sur le site que je vous ai indiqué plus haut (celui-là), cela ne manquera pas de vous donner des idées.

La gestion de l’eau

J’ai disposé à l’intérieur de la serre un fût de 200 litres ce qui permet à l’eau d’être à la même T° que l’intérieur de la serre et je le remplis au fur et à mesure de mes besoins. il y a aussi des possibilités d’arrosage automatique .

Quelques photos

Attention la pelleteuse n’est pas obligatoire mais c’est moins dur 🙂

C’est à vous maintenant !

Quelques photos du jardin

 

Lire la suite « Quelques photos du jardin »

Mon avis sur le semoir Earthway

ceci est un semoir manuel
Semoir Earthway

J’ai acheté ce semoir earthway il y a environ un an. J’en suis très satisfait, il est polyvalent, léger, robuste et fiable. Au jardin, il plante de manière efficace toute sortes de graines ( salade, radis, haricots, betteraves …).Il est livré avec 6 disques pour différentes semences inclus et il est possible d’acheté 5 disques supplémentaires. Afin d’obtenir une polyvalence optimale, je vous recommande d’acheter les 5 disques optionnels. Il est livré avec une notice complète. Les réglages sont très faciles, il est vite mis en service. Il y a aussi un document pdf complet en Français ici . Lors de vos premières utilisations faites quelques essais sur une table afin de comprendre le fonctionnement de votre semoir de jardin et de vous assurer que vous avez choisi le bon disque pour la bonne graine. Vous pourrez ainsi récupérer vos graines. Ces quelques essais vous permettront d’utiliser par la suite votre semoir en pleine terre dans les meilleures conditions.

Ou le trouver en France ? Ce semoir manuel de jardin est référencé chez bon nombre de revendeurs de graines ou d’outils de jardin vous n’aurez aucun mal à vous le procurer. J’ai acheté le mien ici, j’ai trouvé sur ce site des conseillers et conseillères sympathiques, à l’écoute et très professionnels. Un prix très bien placé et j’ai trouvé un petit cadeau dans mon colis :). Que demander de plus ?

Son prix : 220 à 230 euros avec les disques optionnels

Mon avis : Un semoir manuel de jardin d’un très bon rapport qualité/prix et surtout très polyvalent. Il est moins efficace pour les très très petites graines comme les graines de navets qui se coincent derrière le disque. Dans ce cas voyez mon article spécial semoir petites graines ici .

Mon avis sur le semoir Glaser

Le semoir Glaser

Ceci est une photo du semoir glaser
Semoir glaser

J’ai acheté ce semoir glaser l’année dernière juste avant mes premiers semis au jardin. Je ne regrette pas mon achat. Les semis sont faciles et rapides , l’économie de graines est importante et les semis sont réguliers. Ce semoir est de très bonne qualité ( fabrication Suisse ), il est solide, précis, efficace et très simple à utiliser. Il est tout d’abord dédié aux petites graines ( du navet aux radis en passant par la salade et les carottes n’y pensez pas pour les haricots ou le maïs !)

Le Semoir : C’est un semoir manuel à tirer. Il est équipé d’une trémie avec capot et réglage de densité, d’un axe , de deux roues, d’une goulotte, d’une roue arrière lourde pour tasser le semis, d’un emplacement prévu pour insérer un manche. Ici vous trouvez toutes les caractéristiques du semoir . http://www.glaser-swissmade.com/englisch/Art800.html . C’est le site du fabricant.

Le fonctionnement : En tournant, les roues entrainent l’axe qui récupère les graines dans la trémie (avec une densité variable selon le réglage que vous aurez effectué sur la petite brosse de la trémie)et les laisse tomber dans la goulotte qui les dirige au sol dans le rayon creusé simultanément par le semoir à la profondeur choisie ( la profondeur du semis est réglable en baissant ou relevant le manche du semoir en tirant), la roue arrière tasse le semis. Un arrosage et le tour est joué !

Conseils de réglages : Au début, faites un test pour vous assurez de la bonne densité du semis et voir si vos réglages sont les bons. Procédez de la manière suivante : Prenez un rouleau de sopalin ou de papier toilette ( environ 1 mètre trente ), posez le sur une table , placez de chaque coté en coinçant les bords du papier dessous, deux petites planchettes ( d’à peu près la même longueur que le papier et d’une épaisseur suffisante pour que la goulotte du semoir passe juste au dessus du papier quand les roues circulent sur les planchettes. Faites d’abord un réglage approximatif : Diamètre du trou : Enlevez les roues en les tirant hors de l’axe. Choisissez le trou qui correspond le mieux à la taille de votre graine. Remontez vos roues en réglant l’axe pour que le trou choisi se trouve au centre du semoir. Réglez la brosse juste au dessus de l’axe ( souvenez vous ou notez sur le semoir ou sur un papier dans quel sens le bouton de réglage fait remonter la brosse et dans quel sens il la fait redescendre, videz un peu des graines choisies dans la trémie, faites tourner les roues à la main (dans le même sens que le fonctionnement du semoir si il était au sol)une fois votre semoir amorcé faites le rouler sur les deux planchettes sur une longueur d’un mètre et regardez ce qui tombe de graines sur le papier. Vous pouvez ainsi savoir ce que vous semez de graines au mètre . Affinez votre réglage : Ajustez en fonction de la densité de semis que vous souhaitez en soulevant un peu plus ou un peu moins la brosse ( attention votre brosse ne doit jamais s’écraser sur l’axe en position minimum, elle doit simplement l’araser ) si vous trouvez que même en relevant la brosse la densité n’est pas suffisante, choisissez le diamètre de trou supérieur. A chaque graine que vous utilisez, notez le réglage effectué ce sera plus simple lors de la prochaine utilisation pour la même graine.

Mon avis : Les matériaux de ce semoir sont d’une excellente qualité, il est fabriqué pour durer ! Il donnera satisfaction aux plus exigeants d’entre nous. Son prix : Il faut compter environ 150 Euros. Ou le trouver ? En France, il semble assez difficile à trouver chez les revendeurs habituels, Prenez contact à cette adresse et demandez le revendeur le plus proche de chez vous : http://www.glaser-swissmade.com/englisch/Contact.html