Planter un poteau en bois d’aplomb

Pas toujours facile de planter un poteau de bois d’aplomb quand on est tout seul et sur l’escabeau avec la masse à la main… Il suffit de planter deux petits piquets bien réglés d’aplomb au niveau sur 2 cotés du poteau. On peut ainsi tout en étant sur l’escabeau s’assurer que le poteau ne dévie pas sous les coups de la masse en vérifiant qu’il reste bien parallèle aux deux piquets.

ceci est une photo du réglage de l'aplomb d'un poteau en bois
Réglage de l’aplomb d’un poteau de bois

Affiner le réglage à la dame

Ceci est la photo d'une dame pour damer la terre au pied du poteau
La dame un outil très pratique pour les clôtures

On affinera facilement l’aplomb en damant la terre au pied du poteau . Ce qui en plus renforcera la solidité.

Reconnaître une couleuvre

Reconnaitre une couleuvre et ne pas la confondre avec une vipère surtout quand elle est petite : La couleuvre à la pupille de l’oeil ronde comme le « O » de cOuleuvre, la vipère a la pupille de l’oeil verticale comme le « I » de vIpère.

Cette astuce m’a été donnée par Madame Françoise SERRE COLLET spécialiste des reptiles et des amphibiens lors d’une rencontre au centre de la France. Elle avait d’ailleurs dédicacé ce livre à ma femme. Les photos et textes ci-dessous sont extraits de ce livre.

Ceci est une photo de la dédicace de Mme Françoise Serre Collet
La dédicace
Ceci est la photo d'une couleuvre
Extrait du livre sur la piste des reptiles et des amphibiens de Mme Françoise Serre Collet
ceci est la photo d'une couleuvre
Page du livre sur la piste des reptiles et des amphibiens de Mme Françoise Serre Collet

Reconnaître une vipère

Ceci est la photo d'une vipère
Page du livre sur la piste des reptiles et des amphibiens de Mme Françoise Serre Collet
ceci est la photo d'une vipère
Pages du livre sur la piste des reptiles et des amphibiens de Mme Françoise Serre Collet
ceci est la photo de la couverture du livre : Sur la piste des reptiles et des amphibiens de Madame Françoise Serre Collet
les photos et textes sont extraits de ce livre

Un très beau livre de 206 pages enrichit d’une très grande quantité de photographies. Des descriptifs complets qui permettent de reconnaître facilement les reptiles ou les amphibiens quand nous les rencontrons ainsi que de mieux connaître ces animaux.

Comment se débarrasser des branches de taille

Pour refaire ma clôture abimée, il m’a fallut avant tout couper quelques arbres pour dégager un peu le passage. Dans ces travaux, un broyeur à branches est un bon allié. En effet, les coupes de bois même de petits arbres donnent beaucoup de branches et de petits bois une fois au sol . Après avoir récupéré les buches les plus grosses pour mon poêle à bois, j’ai broyé les petites branches pour diminuer le volume et ce broyat me servira au jardin ou dans les massifs de fleurs comme paillage.

Il n’est pas toujours très facile de gérer les branches une fois coupées. Il faut, soit les transporter à la déchetterie et disposer d’un moyen de transport adapté, soit les bruler sur place mais je trouve qu’il serait dommage de ne pas valoriser cette matière première. Il est aussi possible de les laisser se décomposer mais cela nécessite d’avoir pas mal de place pour dédier une zone à cela. Le broyeur à l’avantage de diminuer considérablement les volumes, il permet de réutiliser les broyats et de les réintégrer au sol. Avec un moteur thermique et sur roues, l’appareil est très mobile, il permet de se déplacer le long de la haie plutôt que de déplacer les branches pour les emmener au broyeur. Le fait de me chauffer au bois me permet aussi de valoriser une bonne partie de mes déchets de coupe ou de taille.

Ceci est une photo du long de la clôture
Le long de la clôture
ceci est un petit tas de bûches
Les buches les plus grosses seront pour mon poêle à bois

Le broyeur à végétaux

ceci est un broyeur à branches
Les petites branches seront broyées
ceci est une photo des broyats
Le broyat obtenu
Ceci est une photo de piquets de clôture
Les piquets installés sur le passage dégagé

Assemblage bois

J’avais remarqué un jour dans un très ancien bâtiment attenant à ma maison ( pas toute jeune non plus ) un assemblage bois sur une poutre que je n’avais jamais vu auparavant. Je l’avais trouvé ingénieux et surtout efficace car il a bien traversé le temps et je l’avais gardé en tête . Remarquez sur la photo la taille en biseau de la partie inférieure qui empêche la poutre de redescendre. J’ai décidé pour le plaisir de refaire cet assemblage et de l’utiliser sur la construction de mon poulailler sur une pièce de bois de récup. mais trop courte.

Ceci est un assemblage bois sur une poutre
Assemblage poutre

Détails de l’assemblage bois

Ceci est la photo d'un assemblage bois
Assemblage bois

Avec un peu de minutie et les outils de base de travail du bois cette coupe est assez facile à réaliser et est surtout très efficace. L’assemblage se termine par deux tiges filetées qui traversent le bois perpendiculairement à l’assemblage, 4 rondelles et deux écrous. J’ai fraisé le dessus de la pièce de bois pour ne pas être gêné par les écrous en clouant mes liteaux. Nos anciens étaient ingénieux et économes. Je suis content d’avoir reproduit cet assemblage.

Paramétrer wordpress pour ouvrir un lien dans un nouvel onglet

Je trouve toujours dommage quand je clique sur un lien d’un blog que je visite , qu’en fermant la page que le lien à ouvert, je perde du même coup la page du blog ou j’étais si bien en visite. Je me suis dit que peut-être certains préféraient ce type de paramétrage mais que peut-être d’autres ne savaient pas qu’il était possible de faire autrement. Dans la fenêtre d’édition d’articles wordpress quand on veut mettre un lien dans le bloc, on peut accéder en cliquant sur la flèche 1 au bouton 2 ( voir photo ) qui permet de faire un choix d’ouvrir ou pas le lien dans un nouvel onglet.

Détails du paramétrage wordpress

ceci est une impression d'écran de la page de l'éditeur wordpress
paramétrage sur la page de l’éditeur wordpress

Citation | Quote : avec un tel peuple vous pouvez faire ce qu’il vous plaît – Hannah Arendt — Aphadolie

Hannah Arendt (1906 – 1975) « Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non […]

Citation | Quote : avec un tel peuple vous pouvez faire ce qu’il vous plaît – Hannah Arendt — Aphadolie

Préparation des buttes de culture

En ce moment, malgré les petites gelées matinales, en journée, le temps est clément. J’en profite pour refaire mes buttes de culture. A la mise en place de ces buttes, je m’étais inspiré du livre de Jean-Martin FORTIER en faisant des planches de 75 cm de large avec entre chaque planche un passage de 45 cm. Ces cotes sont parfaites pour travailler de chaque coté de la planche. Je laisse des petits poteaux pour délimiter mes planches, c’est plus facile pour me repérer et pour conserver ces cotes après mes interventions tout au long de l’année. Mes planches font 5 M de long, j’en ai six, le reste du jardin est cultivé de manière traditionnelle ( à plat ). Faire mes planches de la même mesure me permet d’utiliser le même matériel pour chaque planche ( irrigation, filet anti-insectes…) sans être obligé de chercher le bon tuyau ou le bon tunnel pour chaque planche. C’est un gain de temps et d’argent.

On aperçoit sur la gauche de la photo, le poulailler en construction et plus loin la serre. A droite la paille et le compost

ceci est une butte de culture
Préparation des buttes de culture

Les outils

Ceci est une photo des outils de jardinage  dont la fameuse grelinette
Les outils dont la fameuse grelinette

La préparation de la butte

  1. Un passage à la grelinette dans le sens de la longueur. 2-Un passage à la grelinette dans le sens de la largeur. 3-Désherbage manuel 4-Un passage à la griffe .5-Redélimitation de la butte à la pelle-bêche. 6-Un petit coup de râteau pour ramener la terre glissée dans l’allée. 7-Une couche de compost et 8-Une couche paille.

Les mêmes planches en période de culture

Ceci est une planche culture inspirée du livre de Jean Martin FORTIER
Les mêmes planches en culture